Genre: Synth-pop/ glam rock/ électronica

Links
facebookyoutubetwitterreverbnationsoundcloudbandcamp

Glad  and  the  Mox  se  crée  un  univers  atypique et percutant, dominé par la voix puissante de Gwladys. Leur  musique  se  place  sous  le  signe  d’une  diversité  revendiquée,  dans  des  morceaux  à   l’architecture pop, qui laissent s’épanouir la rage d’un rock. 

Après avoir joué en première partie de The Struts ou encore Hibou, Glad and the Mox reprend la route des concerts dès l’automne  2016  après la sortie de son premier EP  » Never Seen ‐ Something Like That  » le 29 octobre 2016.

Glad   and   the   Mox   oscille   entre   force   sauvage   et   une   certaine   fragilité   sensuelle,   entre    rock  sombre et   électro  stylée, entre rage  et  apaisement. 

Les  textes  interpellent  l’auditeur  et  l’interroge  sur  ses  questionnements  internes,  ses  contradictions   émotionnelles et son rapport au monde. 

photo-a-4-david-betzinger-hd01

Presse

« Quelle  pépite que  ce  quatuor strasbourgeois qui distille une électro-pop planante portée par la voix transcendantale de la jolie Gwladys! » Géraldine Cognard Gross,  DNA le 12/9/16.

« C’est power pop ou parfois garage, c’est urgent et nerveux, c’est plein d’influences mods, pop ’60s et punk ’70s. »
© DR (La Laiterie Strasbourg).

 

« Avec leur deux premiers titres, on retrouve instantanément la magie du trip hop anglais des origines. Glad and the Mox laisse également poindre une fièvre rock brute et classique, dans un rapport très direct au son, tout en puissance et en saturation. Le jeu est endiablé, quasi-sismique, imprégné d’un groove sans fioritures, où s’invitent des sonorités indus, métalliques et hypnotiques, avec touches jazzy et pointes reggaeisantes. Le chant alterne entre soul nerveuse, presqu’animale, et un timbre quelquefois plus aigu, gracile et lointain, à la Beth Gibbons ou Skye Edwards (Morcheeba). »
Extrait des Dernières Nouvelles d’Alsace du 20/05/15, Alexis Fricker.

 

photo-a-4-david-betzinger-hd02

 » Pas de strass, pas de paillettes, mais un groove fiévreux et mélancolique qui vous prend par les tripes  et ne  vous  lâche pas  en chemin. » jaitoutlutoutvutoutbu.blogspot.fr  (Juin 2015)

Une certaine sagesse orientaliste, de la résistance à une société étriquée qui donne le change par une sensualité orageuse. Un univers un peu mystique, une intrigue végétale mettant en scène des divinités japonaises, un monde un peu naïf mais soigné à la Jérôme Bosch, voilà quelques éléments de l’univers des Mox.

Comme le carburant nucléaire recyclable qui pointe un futur ambigü, comme la Moxa à l’odeur relaxante utilisée en acupuncture, comme le latin « mox » (bientôt) qui fait poindre un horizon futur en connexion avec les mondes antiques, Glad and the mox oscille entre rage et apaisement, entre force sauvage et une certaine fragilité sensuelle.

Des gestes directs  au service d’un style simple et efficace, qu’on peut qualifier de pop-electro planante, au groove rock aventureur et accrocheur

Dans des morceaux à l’architecture pop, ils laissent s’épanouir la rage d’un rock radioactif et distillent des textes qui apostrophent l’auditeur et l’interroge sur ses questionnements internes, ses contradictions émotionnelles, son rapport au monde, dans un sens intimiste ou plus global.

 

Influences: Portishead, The Kills, Björk, Erikah Badu… le rock de Bowie, le groove de Prince, l’electro de Bjork premier album, la transe de Chemical Brothers,..

 

Bio

Après un an à réunir des idées en duo (avec Arnaud Dubald, guitare, machines, The feedback Theory), Gwladys Morinière (chant, composition mélodiques, Pussycat kill kill) rencontre Arnaud Mallick (batterie, composition et arrangements) qui revoit la musique.

Ils passent d’une inspiration d’un combo à la « The Kills » à une idée d’un trio rock électro, puis rapidement revoit leur copie en intégrant Laurent à la basse.

La dernière pièce du puzzle electro-pop s’ajoute en la personne de Valentin (guitare, machines).
Avec leurs facettes à la fois rock et électro, le groupe conjugue aisément deux formules scéniques: en quatuor rock ou en duo électronica.

La force du groupe est la diversité des influences de ses membres:
Gwladys: Portishead, The Kills, Nina Simone, Bashung.
Arnaud: ACDC, Meshuggah, Coroner, Suicidal Tendencies, Alice Cooper.
Laurent : Led Zep, FFF, Red hot chili peppers, Eminem, Dr Dre.
Valentin: James Blake, Radiohead, Moderat, Woodkid.

Musiciens/ line-up
Chant: Gwladys Morinière.
Batterie: Arnaud Mallick.
Guitare: Valentin Metz.
Basse: Laurent Divagno.

Quelques citations du public:

Georges D.: « rock…soul…sensualité… »
Delphine V.: » « you look good and sound great to listen to! congrats! »
Isabelle B. : »Quel beau trio! Vous souhaite plein de succès!!!!! »
Carole D.: « Trop bon:) »
Isabelle B.:  » Suis scotchée! Bravo! C’est super! »
Tressages Pas Sages : »J’aime l’atmosphère créé par la voix et soutenu par la musique! Merci pour les good vibes! »
Laure-Anne B. : « Quelle voix dis! Bravo! »
Jack A. : « Merci pour l’invite, j’ai écouté … très bonne musique, je partage ! »
Julien R.: « Bravo, ça déchire. »
Lawryn R.: « Glad and The Mox, un groupe strasbourgeois à découvrir ! Du powerbrit pop à l’électro rythm & blues, plein d’influences et ils s’en servent bien, à écouter donc ! »
Olivier D.: Cette chanson…et pas que celle là…a sa place sur toute programmation radio…du talent absolu…partagez si vous aimez . Il ne manque qu’un buzz pour lancer leur aventure toujours plus loin! Partagez!! C’est du local et du magnifique…sous le charme…Maintenant est venu le temps de se faire connaitre…partagez!